L'histoire de Gaston le boulanger

nous perpétuons le métier d'artisan boulanger



du Blé au Pain

Fils d'agriculteurs meusiens, GASTON LEMOINE, mon père, est né en 1912.

A quinze ans, il entre à l'école d'agriculture pour trois ans avant de revenir travailler à la ferme familiale.

Il faut que l'un de ses frères reprenne l'exploitation en 1933 pour qu'il puisse s'engager dans son rêve et apprendre le métier qui lui plaît: Boulanger.

Il le sera en 1935, après son apprentissage à SPINCOURT où il découvrira le travail des levains, l'utilisation du four à bois, le pétrissage à la main et d'autres méthodes artisanales.

Entreprenant et courageux, il possédera très vite sa propre boulangerie, n'hésitant pas à faire ses premières tournées avec un mulet...

Par la suite, il s'installera à CHAUMONT, MEXY, AVRIL (où il épousera Anne, ma mère), puis ARS-SUR-MOSELLE et ÉTAIN (où naîtra Henri, mon frère, lui aussi boulanger). 

Finalement, c'est en 1960 qu'Anne et Gaston poseront leurs valises à METZ.


naissance d'une passion

C'est donc tout petit que je suis tombé dans la farine, né en 1962, l’année même où mon père devient Maître boulanger. Ayant grandi dans l'arrière-boutique de la Boulangerie-Pâtisserie de la rue de la Chapelle à METZ-Sablon, j'ai apprécié d'emblée les odeurs et les saveurs alléchantes de cet univers. C'est ainsi que j'ai connu très tôt mon destin... D'ailleurs, tout gamin, il m'arrive de passer une partie de la nuit au fournil, en compagnie des boulangers-pâtissiers. C'est avec eux que je découvre la magie de la création et que j'apprends en les regardant, avant de peu à peu mettre la main à la pâte.

Sûr de ma vocation, à quatorze ans j'entre au lycée hôtelier de Gérardmer en tant qu'apprenti pâtissier.  J'en ressors trois ans plus tard avec mon CAP en poche, mais également des sentiments pour une charmante élève en comptabilité prénommée Nathalie qui deviendra mon épouse en 1982...

Après avoir exercé à Longuyon, j'ai la chance de pouvoir continuer à pratiquer mon art dans le cadre de mon service militaire en tant que pâtissier au cercle des sous-officiers de Strasbourg.


le reve devenu realite

Libéré de ces obligations, j’intègre ensuite l'entreprise familiale dans laquelle je travaille jusqu'en 1993. Après cela, je reprends la Boulangerie de la rue de la Chapelle avec Nathalie. Une boutique rénovée, une équipe renouvelée, la cuisson du pain toute la journée dans le magasin et des produits revus et améliorés participent à notre réussite. Forts de ce premier challenge, en 1997, en appliquant les mêmes méthodes nous reprenons la Boulangerie de la rue Paul Claudel avec le même succès.

Bref, tout va bien et en 2003 j'ai envie de connaître autre chose.

 

Nous cédons alors nos boulangeries et je pars à la découverte de métiers plus actuels. C'est ainsi que je me lance dans la photographie, la vidéo, l'informatique et l'infographie.

 


Un air de campagne

Mais en 2009, mon attraction pour le pain et les gâteaux est la plus forte. Nous replongeons et nous lançons dans un nouveau défi : quitter la ville pour la campagne et redémarrer un nouveau challenge.
Nos enfants, Amandine et Alexandre, 3ème génération, devenus grands et ayant choisi de marcher dans nos traces professionnelles, feront partie intégrante de ce projet.

C'est ainsi qu'en 2010, la Boulangerie-pâtisserie GASTON (nom choisi en hommage à mon père) ouvre ses portes à COURCELLES-CHAUSSY...

Depuis, nous avons créé douze emplois (apprentis compris), et fabriquons chaque jour devant vous et de manière artisanale tous nos pains, nos viennoiseries, nos pâtisseries, nos glaces et plein d'autres douceurs que nous vous invitons à venir déguster à la boutique...